Ajouter à votre carnet de route

Isabelle ACHILLI

La Ferme Suartella

Veau - Produits de la ferme

Accueil : Visite d'exploitation toute l'année sur rendez-vous / téléphoner 24h avant.
du 1er mai au 30 septembre, lundis et mardis : sur réservation 24h avant et à partir de 5 personnes : repas à la ferme, 20€ par personne (produits de la ferme)

Territoire : Corsica Livantina

Catégories : L'élevage, charcuterie, fromages, Autour des vergers et des potagers, Les tables & chambres d'hôtes, fermes-auberges & gîtes

Productions : Le Veau de Corse

Ferme Suartella - Acqua Citosa
20243 Serra di Fiumorbo
  06 70 01 57 41
  ferme.suartella@gmail.com |   www.fermesuartella.fr

Isabelle avait pour habitude de jouer au milieu des quelques bêtes que possédaient sa grand-mère et son père. Des vaches – réservées aux besoins de la famille – pâturaient dans les champs familiaux de San Gavinu di Fiumorbu. La petite fille savait dès lors qu’elle serait bergère. Le destin fait mouche en 1993 : Isabelle rencontre Pascal – son futur époux – qui possède une exploitation agricole ! Trois ans plus tard, elle gère un cheptel de cinquante caprins. « Je n’ai pas longtemps hésité, au moment de choisir le bétail. A capra corsa (la chèvre corse) évidemment ! J’ai une tendresse toute particulière pour cet animal attachant. »

En 2001, survient brutalement la fièvre catarrhale – une maladie virale non contagieuse qui touche tous les ruminants. Isabelle voit le troupeau ovin de son mari décimé. « J’avais vendu mes chèvres en 1999 pour m’occuper de Maria Dumenica, ma fille aînée. Un bonheur terni par ce coup du sort éprouvant, confie-t-elle. Nous avons dû abandonner l’élevage et nous avons choisi une reconversion. ».

Aujourd'hui, la combative Isabelle élève quatre-vingts bovins avec autant de passion et n’a de cesse d’améliorer son exploitation « À chì dorme, ùn piglia pesciu’*, comme disait ma grand-mère ! » Lisa Maria, sa fille cadette de neuf ans, gambade à ses côtés. Ensemble, elles vont juste en contre-bas de la Ferme Suartella, rendre visite au troupeau de chèvres de la belle-sœur d’Isabelle. « Cela me rappelle quelqu’un ! » sourit Isabelle.

*Celui qui dort ne prend pas de poisson.

 

‹‹ Retour